Au Canada, les numéros de téléphone sont composés de dix chiffres. Les trois premiers forment l'indicatif régional et les sept derniers forment le numéro local. Pour écrire un numéro de téléphone, on commence habituellement par l'indicatif régional, suivit d'un espace et le numéro local. L'écriture de l'indicatif régional est optionnelle, mais recommandée. Le numéro local est décomposé en deux blocs séparés par un tiret; le premier bloc a trois chiffres et le deuxième quatre chiffres. Par exemple, on peut écrire 819 821-8000 ou 821-8000.

Anciennement, l'indicatif régional était écrit entre parenthèses, comme (819)821-8000. Depuis que la composition à dix chiffres est obligatoire dans plusieurs régions au Canada, cette forme est déconseillée. Mais, comme elle est encore très présente, un bon programme doit encore les reconnaître. Par contre, il ne faut pas écrire tous les chiffres d'un seul bloc, ni utiliser des points. Les chaînes 8198218000, 8218000, 819.821.8000 doivent donc être refusées.

Pour les numéros sans-frais, on doit ajouter un 1 devant l'indicatif sans-frais. Les codes sans-frais en vigueur sont : 800, 888, 877 et 866.

Pour plus d'informations sur l'écriture des numéros de téléphone, vous pouvez communiquer avec l'Office québécois de la langue française :

Téléphone :
514 873-6565
ou 1 888 873-6202
Télécopie :
514 873-3488
Courriel :
info@oqlf.gouv.qc.ca
Web :
http://www.oqlf.gouv.qc.ca/

Une adresse de courriel valide a la forme suivante: prefixe@domaine.com. Le préfixe est composé de lettres et de chiffres, mais il doit commencer par une lettre. Ainsi, 1allo@domaine.com n'est pas valide. Le préfixe peut aussi contenir des points (.) et des tirets (-), mais ces derniers ne peuvent ni commencer, ni terminer un préfixe. Le nom de domaine a une forme semblable au préfixe, à l'exception qu'il doit contenir au moins un point.

Exemples d'adresses de courriel valides: bob@usherbrooke.qc.ca, john@hotmail.com, abcdef@g.h.i.k et s103.2@y92.org.

Exemples d'adresses invalides: 92aaaa@www.domaine.com, 2323-@toto.com et .ass@.dfdf..

Enfin, une URL est composée d'un protocole, suivit de deux-points, deux barres obliques, d'un nom de domaine et, optionnellement d'un chemin d'accès. Le nom de domaine peut être remplacé par une adresse IP, c'est-à-dire quatre blocs de 1 à 3 chiffres séparés par des points (ex.: 192.168.0.1). Le chemin d'accès doit commencer par une barre oblique (/). Le chemin peut contenir des lettres, des chiffres, des barres obliques et certains caractères spéciaux (-, ?, ~, =, +, &, ., #). Par contre, une URL ne peut pas se terminer par l'un de ces caractères spéciaux. Par exemple, prenons l'adresse http://www.usherbrooke.ca/. Le point de suivant la barre oblique ne doit pas faire partie de la chaîne reconnue. De plus, seules les adresses débutant par HTTP sont recherchées. Les adresses comme https://www.usherbrooke.ca/monbureau ou ftp://ftp.site.com peuvent être ignorées.

Habituellement, un serveur Web utilise le port 80. Mais il est possible d'utiliser d'autres ports. Dans de tels cas, on ajoute un deux-points (:) après le nom de domaine suivi du numéro de port. Par exemple, si on utilise http://127.0.0.1:8080/ pourrait désigner l'adresse d'un serveur Web local.

L'adresse de cette page est http://planiart.usherb.ca/~eric/ift313/tp1/index.html#programme3.